Rechercher
  • Morgane VIRLY

Pourquoi je me suis spécialisée dans le comportement alimentaire ?


Lors du 1er rendez-vous "bilan diététique", en échangeant avec le patient, on se rend parfois compte que le problème de poids n'est pas lié uniquement au contenu de l'assiette...

Gérer et contrôler son alimentation pendant les repas en mangeant équilibré, OK ! Mais que faire lorsque des pulsions, des envies de manger sont présentes ? Si on lutte, elles reviennent de plus belle et renforcées !

En faisant ce constat, j'ai décidé de retourner sur les bancs de l'école pour accompagner mes patients dans leur changement de mode de vie alimentaire.


Ce que j'ai appris pendant mon année à la faculté de Dijon pour le D.U. "Psychologie et pédagogie du comportement alimentaire" :

- la gestion du stress par l'approche neuro-comportementale : parce que le stress est LA première cause de trouble du comportement alimentaire !

- amener mes patients à un contrôle sensoriel de leur alimentation :ressentir et faire confiance à ses sensations alimentaires (approche biopsychosensorielle du Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids) ;

- apprendre aux patients à accepter et à gérer les "envies de manger" ;

- faire gagner en flexibilité par rapport à certaines règles que l'on s'impose avec la thérapie ACT (par exemple :" je ne dois pas manger entre les repas", "ne mange pas de chocolat si tu veux maigrir", "il est midi, c'est l'heure de manger"...)

- faire le lien entre émotions-pensées-comportement alimentaire (parfois, il faut aller travailler l'intolérance émotionnelle, parfois les pensées-règles...)

- utiliser la pleine conscience dans l'alimentation (Mindfulness : cet outil favorise, entre autres, la compréhension et l'écoute de ses sensation alimentaires)


Dans les prises en charge que je propose dans le cadre de la modification des habitudes alimentaires, le contenu de l'assiette est donc abordé dans un second temps, une fois que le travail sur le comportement alimentaire a porté ses fruits.

Pendant les consultations, on aborde la relation complexe, culpabilisante et contrôlée (ou incontrôlée) qui s’est installée avec la nourriture, les croyances et peurs alimentaires mais aussi les émotions et les pensées associées à l’image du corps et à l’estime de soi.


Dans certains cas, une prise en charge pluridisciplinaire est indispensable pour sortir de ce cercle vicieux : médecin, psychiatre ou psychologue et diététicienne spécialisée dans les troubles du comportement alimentaire.


Cette approche vous intéresse, je suis à votre écoute.

Morgane

49 vues0 commentaire